Canadien

Le 9 juillet 2014 à 17h33 | Agence QMI / Jonathan Bernier

Savourer les hauts faits d’armes d’une carrière est facile. Apprendre des saisons plus ordinaires l’est beaucoup moins.

Après l’euphorie d’une coupe Memorial, une sélection par le Canadien de Montréal au deuxième tour et la signature d’un premier contrat professionnel, Zachary Fucale est retombé sur terre.

Rien de dramatique, bien au contraire. En saison régulière, le gardien de 19 ans a dominé la Ligue de hockey junior majeur du Québec en maintenant une fiche de 36-9-3. Il n’a pas non plus à rougir de sa moyenne de buts alloués de 2,26 et de son pourcentage d’arrêts de ,907.

C’est au cours des séries éliminatoires que la sauce s’est quelque peu gâtée. En demi-finale, Fucale a été retiré d’un match à deux occasions. Lors d’un autre, c’est Kevin Darveau qui a été envoyé dans la mêlée. Cette période creuse a mené à la perte des Mooseheads de Halifax, défaits en sept rencontres par les Foreurs de Val-d’Or.

Une bonne chose

Au lieu de paniquer et de se laisser envahir par la frustration, Fucale a respiré par le nez et trouvé un aspect positif à cette déconfiture.

«On apprend tellement de ce genre de situation même si, sur le coup, c’est frustrant. Ça ramène sur terre et ça rappelle combien la route est longue pour se rendre jusqu’au bout», a raconté le jeune homme rencontré cette semaine à Brossard dans le cadre du camp de perfectionnement du Canadien.

Le gardien montréalais a fait preuve d’une belle maturité en faisant un exercice d’introspection une fois de retour à la maison.

«Chaque saison amène son lot de défis. C’est bien de faire face à de l’adversité. Quand on est jeune, c’est bon pour la progression. Ça permet d’être mieux préparé pour le futur, a-t-il indiqué. J’ai appris que je pouvais traverser des situations comme celle-là.»

La réalité du hockey

Autre belle preuve de sa force de caractère, Fucale ne s’est pas laissé affecter par l’embauche du vétéran Joey McDonald qui vient s’ajouter à Carey Price, Peter Budaj et Dustin Tokarski dans la hiérarchie des gardiens de l’organisation.

Sans compter que le directeur général Marc Bergevin a repêché un autre gardien, Hayden Hawkey, au sixième tour du dernier encan.

«Il y a eu des changements dans chaque équipe. C’est une réalité qui fait partie du hockey. Il y a un nombre incalculable de gardiens dans le monde qui veut jouer dans la Ligue nationale. Je ne contrôle rien de ce côté. Tout ce que je peux faire, c’est de continuer de travailler et faire mes preuves au sein de l’organisation.»