Formation technique
Simon Harrisson
Gardiens mur à mur...
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
BIENVENUE SUR MON SITE

Bonjour, je suis entraîneur de gardien de but depuis une dizaine d'année. J'entraîne tous les niveaux à partir du jeune débutant jusqu'aux plus vieux. Vous trouverez sur ce site des informations comme des nouvelles, des photos, des techniques concernant les gardiens de but. Si vous avez des questions ou de l'information à me demander, n'hésitez pas. Bonne saison.

- 2 semaines d'école de gardiens (Hockey mineur de Pont-Rouge et Les gouverneurs de Ste-Foy)
- Conseiller technique Les gouverneurs de Ste-Foy
- Conseiller technique Hockey mineur de Pont-Rouge
- Formateur FQHG Québec-Chaudière-Apallaches
- Évaluations des gardiens (début de saison)
- Clinique hebdomadaire à Pont-Rouge ( 25 gardiens)
- Entraîneurs des gardiens - Les Gouverneurs Rive Nord Bantam AA 2010-2011 et 2012-2013
- Entraîneurs des gardiens Campus Midget AA 2012-2013
- Entraîneurs des gardiens Petits Blizzards AAA
2011-12-13

-Entraîneurs des gardiens-midget espoirs-Blizzards SSF 2015-2016


 

PRENEZ NOTE QUE J'AI CHANGÉ D'ADRESSE COURRIEL:

SIMON@GARDIENMURAMUR.NET

LE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE À LA MAISON N'EXISTE PLUS. VOUS POUVEZ ME REJOINDRE SUR MON CELLULAIRE:

418-399-9809

MERCI!

 
Vign_Sylvain_Guimond

TROUVAILLE...

Voici un livre fort intéressant que je vous recommande fortement. On y retrouve les points véritables et essentiels à un bon développement. Encore plus important, ce livre nous ramène sur terre...vers l'attitude à prendre pour aider nos enfants à progresser et évoluer dans le sport qui le passionne...

En tant que parents, on doit toujours se demander: Est-ce qu'en ce moment j'agis dans mon propre intérêt ou dans l'intérêt de mon enfant? Il faut s'oublier pour aider son jeune. Pour y arriver, l'amour inconditionnel est indispensable. Nous devons tenter à tout prix de soutenir nos enfants, sans les pousser ou les écraser.

"Les gens qui réussissent ne sont pas nécessairement meilleurs et plus talentueux, mais ils sont plus entêtés, plus déterminés, et ils sont disposés à payer le prix alors que d'autres ne le sont pas..."

"L'échec est le fondement de la réusite."

-"Être bon n'est pas synonyme d'être excellent. Lorsque nous sommes bon, ce n'est pas trop exigeant, nous sommes simplement bons et demeurons à ce niveau. Être excellent, nous demande de sortir de notre zone de confort et de sécurité. Cela exige de nous de faire un effort pour quelque chose de plus grand."

-"Aucune richesse n'égale celle de connaître tes forces et de devenir le meilleur de toi-même"

-"Gardez en tête que la vie est simple, mais que nous avons trop souvent tendance à la compliquer..."

 
Vign_Harding

 

Comprendre le temps de réaction

PAR L’ÉQUIPE DE SCIENCEPERFO  16 JUILLET 2015  LES QUALITÉS PHYSIQUES

 

Le temps de réaction est une mesure très importante dans les sports où la vitesse d’exécution et les prises de décision sont des déterminants de la performance. Bien que ce concept soit souvent associé aux gardiens de but, les joueurs aussi doivent être en mesure de répondre rapidement à un stimulus donné. Le temps de réponse comprend trois composantes importantes: l’acquisition et le transfert des informations vers le cerveau, la sélection d’une réponse et le temps de mouvement[1].

Afin de mieux comprendre le concept, prenons l’exemple d’un gardien de but qui fait face au tir d’un adversaire placé devant lui:

Acquisition et transfert des informations vers le cerveau
Pour effectuer l’arrêt, le gardien doit savoir où le joueur va lancer. Pour ce faire, il utilise son système visuel (ses yeux) qui l’aidera a déterminer la trajectoire et la vitesse de la rondelle. Certaines études nous permettent maintenant de savoir que le gardien ne regarde pas seulement la rondelle suite au contact avec le bâton, mais qu’il utilise aussi d’autres informations préalables au tir, comme la position des hanches du joueur[2]. Le temps de récupération de ces informations s’additionne au temps de transfert vers le cerveau par le nerf optique.

Sélection de la réponse
Dans son cerveau, le gardien compare les informations visuelles envoyées par les yeux à ce qu’il connait déjà (expériences passées), puis sélectionne une réponse motrice qui correspond à la trajectoire qu’il prévoit que la rondelle va faire. Un patron de moteur de réponse est alors programmé dans le cortex moteur et est prêt à être lancé pour effectuer un mouvement.

Le temps de mouvement
La réponse étant sélectionnée et programmée, des signaux sont envoyés aux muscles pour créer l’action voulue. L’activation musculaire et le mouvement du bras, par exemple, seront comptabilisés dans le temps de mouvement.

En somme, le temps de réaction (acquisition des informations et sélection de la réponse) est un processus qui englobe une série d’événements qui s’enchaînent en très peu de temps. Il est additionné au temps de mouvement pour obtenir le temps de réponse. L’amélioration d’une des trois composantes permettra donc de diminuer le temps de réponse global.

Attention !! On mélange souvent ce concept avec le réflexe. Bien que le terme soit fréquemment employé, un réflexe fait référence à une réponse automatique sans traitement par le cerveau. Dire qu’un gardien de but a de bons réflexes voudrait donc dire qu’il n’a pas besoin de traiter les informations visuelles.

Écrit par Léandre Gagné Lemieux, M.Sc. kinésiologie

 
Vign_camtalbot

 

Faire un arrêt, une question d’observation

PAR L’ÉQUIPE DE SCIENCEPERFO  29 SEPTEMBRE 2015  LES QUALITÉS PHYSIQUES

On sait que la rapidité de réponse d’un gardien de but n’est pas qu’un réflexe, mais bien un processus conscient de traitement de l’information (le temps de réaction). Cependant, à quoi réagit réellement un gardien de but? Comment fait-il pour déterminer aussi rapidement la trajectoire de la rondelle?

On pourrait croire que le gardien réagit au tir seulement après que la rondelle ait été frappée. S’il en était ainsi, le temps de réponse du gardien devrait être tellement court qu’il serait bien au-delà de ces limites physiologiques. Par exemple, pour un tireur placé à 10 m du gardien et qui s’élance avec un tir à 140 km/h, le gardien aurait 0,257s afin de déterminer la trajectoire de la rondelle et d’exécuter le mouvement pour faire l’arrêt. Même pour les gardiens les plus rapides de la planète, c’est impossible.

Les gardiens utilisent donc d’autres informations visuelles qui leur permettent d’estimer la trajectoire de la rondelle avant même que celle-ci ne soit frappée (4). Dans certaines études, des chercheurs ont caché les yeux des gardiens une fraction de seconde avant le contact de la rondelle pour voir quelle serait leur réaction (1,3). Les gardiens effectuaient alors non seulement le bon geste pour arrêter la rondelle, mais leur temps de réaction était tout aussi bon que lorsqu’ils avaient accès aux informations visuelles en tout temps (1).

Les principaux repères visuels utilisés par les gardiens sont la position des hanches du joueur, le mouvement de ses épaules, la trajectoire et l’orientation du bâton ainsi que la position de la jambe d’appui (6,7). Bien que la plupart des repères visuels soient des composantes du mouvement du joueur, le regard du gardien se porte très souvent sur la rondelle au moment où celle-ci est frappée (2). En fait, un gardien débutant aura tendance à attendre plus longtemps avant de réagir qu’un gardien expert (5). Le débutant est donc moins performant à anticiper la trajectoire de la rondelle et à besoin de plus d’informations sur le déplacement de celle-ci.

En somme, le gardien se sert d’éléments du mouvement du tireur pour prévoir la trajectoire de la rondelle et ainsi effectuer l’arrêt. L’amélioration d’un gardien passe donc par le développement de leur habileté à reconnaitre différents patrons de mouvement chez les joueurs. Considérant cela, on peut se demander si le gardien qui s’entraîne avec des tireurs sans équipement bénéficie pleinement de son entraînement, car les éléments de reconnaissance ne sont pas les même étant donné la dimension de l’équipement des joueurs de hockey.

Écrit par Léandre Gagné Lemieux, M.Sc. Kinésiologie

 
Vign_Carey_Price38

L'absence prolongée de Price fait mal aux chances des Canadiens de rafler la Coupe

vendredi 2016-01-22 / 13:34 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

La fenêtre d'opportunité qui donne aux Canadiens de Montréal les meilleures chances de mettre fin à la plus longue disette sans Coupe Stanley de leur histoire se referme un peu plus à chaque jour, et pourtant l'équipe est contrainte de maintenir le statu quo.

Le directeur général Marc Bergevin a annoncé jeudi que le gardien Carey Price ne serait pas en mesure de revenir au jeu avant une autre période d'au moins trois à quatre semaines, en raison d'une blessure au bas du corps qui le garde à l'écart du jeu depuis le 25 novembre. Cette annonce, dans les faits, signifie que Bergevin n'avancera pas de grosse mise au milieu de la table dans le but d'aspirer plus sérieusement à la Coupe Stanley cette saison.

Le retour au jeu de Price surviendrait bien trop près de la date limite des transactions de la LNH du 29 février pour que Bergevin puisse savoir si son joueur le plus important, qu'il a qualifié de meilleur joueur au monde, sera au sommet de son art et, plus important encore, assez solide physiquement pour résister aux affres d'un parcours prolongé en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Avec cela en tête, comment Bergevin pouvait-t-il miser toute sa cagnotte et échanger des atouts importants pour l'avenir afin d'obtenir une aide immédiate en vue des prochaines séries?

Ce n'est pas un scénario qu'il peut se permettre d'envisager. Pas en toute bonne conscience.

Bergevin sait très bien que les Canadiens ne peuvent espérer remporter la Coupe Stanley sans un Price qui est non seulement en santé, mais qui est aussi capable d'offrir son meilleur niveau de jeu. Si Price avait été en mesure de revenir au jeu immédiatement après la pause du Match des étoiles, comme l'entraîneur Michel Therrien l'avait auparavant laissé entendre, cela aurait donné assez de temps à Bergevin pour évaluer son gardien et son équipe avant l'arrivée de la date limite des transactions.

Mais puisque Price ne reviendra pas avant le 12 février, et que son retour se fera probablement encore plus tard que cela, la marge de manœuvre de Bergevin s'est à toutes fins utiles évaporée.

« Je ne ferai pas de transactions si je ne crois pas qu’elles puissent nous faire avancer, a déclaré Bergevin. Je ne suis pas prêt à sacrifier l’avenir des Canadiens pour une solution à court terme, ou à me départir d’un jeune joueur qui aura du succès ailleurs et que nous le regrettions pendant plusieurs années. »

Mais pendant combien de temps Bergevin peut-il vraiment attendre? Il ne veut pas hypothéquer son avenir en retour d'un possible parcours intéressant ce printemps; mais reste que la vérité c'est qu'à bien des égards, le futur c'est maintenant.

Quand on regarde la situation actuelle des Canadiens, on constate qu'ils ne peuvent se permettre de gaspiller une saison; mais c'est essentiellement ce que la blessure à Price est en voie de forcer Bergevin à faire. C'est pourquoi la situation est aussi désastreuse.

Price écoule présentement la quatrième année de son contrat de six ans au montant de 39 millions $ dont le montant annuel calculé aux fins du plafond salarial s'élève à 6,5 millions $, selon war-on-ice.com. Le meilleur marqueur de l'équipe, Max Pacioretty, en est à la troisième année d'un contrat de six ans de 27 millions $, dont la valeur annuelle pour le plafond salarial est de 4,5 millions $.

Il s'agit de deux contrats favorables pour l'organisation, et c'est là une situation dont les Canadiens doivent tirer profit en utilisant les économies faites au niveau de la masse salariale pour ajouter des pièces qui viendront bien compléter leur noyau dur de joueurs.

Price sera admissible à devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet 2018. Cette date-là pourrait être considérée comme la fin de la fenêtre d'opportunité optimale des Canadiens en ce qui concerne leurs espoirs de remporter la Coupe Stanley.

Avant le début du camp d'entraînement, le défenseur P.K. Subban avait évoqué la nécessité qu'on ressente un certain sentiment d'urgence chez les Canadiens cette saison, et qu'il revenait aux joueurs de forcer la main de la direction au moment où arriverait la date limite des transactions.

« Nous avons montré que nous pouvons être une équipe de premier plan dans cette ligue, et maintenant il s'agit d'aller de l'avant et de franchir la prochaine étape de notre développement », a déclaré Subban au tournoi de golf des Canadiens, le 10 septembre. « Je crois qu'il s'agit aussi de travailler de façon à ce que la direction se retrouve obligée à prendre des décisions dans le dernier droit, sur la possibilité d'aller chercher un joueur ou deux pouvant nous aider à gagner.

« Je sais que dans mon cas, je commence à ressentir de la fébrilité; je ne veux pas attendre deux ou trois ans encore avant que les gens commencent à dire que nous sommes des aspirants à la Coupe Stanley. Je veux en remporter une maintenant. »

Pendant que Subban parlait, Price était entouré de représentants des médias quelques mètres plus loin. Les deux piliers de l'organisation s'apprêtaient à mener les Canadiens vers cet objectif d'aspirer à une Coupe Stanley.

Maintenant, ces espoirs se sont pratiquement évanouis, du moins en ce qui concerne le volet où Bergevin devra prendre certaines décisions dans le dernier droit, comme Subban y faisait allusion.

Le message principal qu'a transmis Bergevin, jeudi, semble être que ceci est son équipe, pour le meilleur ou pour le pire. Il cherche à l'améliorer, mais il n'hypothéquera pas l'avenir pour y arriver.

Quand ce message a été exprimé, le compte à rebours menant vers la fin du contrat de Price s'est accéléré considérablement; et peut-être que la fenêtre d'opportunité des Canadiens pour remporter la Coupe Stanley est en voie de se refermer tout aussi rapidement.

 
Vign_Louis_Domingue

Un nouveau Louis Domingue amélioré représente une bénédiction pour les Coyotes

mercredi 2016-01-13 / 15:38 / LNH.com - Nouvelles

Par Jerry Brown - Correspondant LNH.com

GLENDALE, Arizona – Demandez au directeur général des Coyotes de l’Arizona, Don Maloney, lequel de ses jeunes joueurs a été la plus grande surprise au cours de la surprenante première moitié de la saison 2015-16 et un nom viendra en tête de la liste des candidats.

« Sans aucune hésitation, la réponse c’est Louis Domingue, a déclaré Maloney. Et il a excellé à une position et à un moment que nous en avions vraiment besoin. »

Domingue a émergé comme une force stabilisante inattendue devant le filet et il a permis aux Coyotes de surprendre le monde du hockey. La formation de l’Arizona est dans la course pour une place dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley dans la très compétitive Association de l’Ouest, et cela à la mi-saison.

Il y a certainement d’autres surprises qui ont contribué à l’histoire à succès qui se déroule dans le désert.

Les attaquants recrues Anthony Duclair et Max Domi totalisent ensemble 25 buts et 55 points après 42 matchs. Tobias Rieder a déjà atteint un sommet personnel avec 26 points et la recrue Jordan Martinook, que personne n’attendait au camp d’entraînement, est devenu un solide joueur de troisième trio dans toutes les situations.

Mais Domingue a surpassé toutes ces révélations.

Le 15 décembre, les Coyotes faisaient du surplace dans la course aux séries éliminatoires dans l’Association de l’Ouest quand leur gardien no 1, Mike Smith, a subi une opération aux abdominaux, ce qui lui ferait manquer au moins deux mois d’activité.

Soudainement, la défense du filet, qui avait au mieux été inconstante durant les 10 premières semaines de la saison, était passée d’un point d’interrogation à une incertitude.

Le substitut Anders Lindback devenait le partant en raison de la blessure à Smith, mais l’équipe avait besoin d’un substitut et elle était préoccupée à propos de la profondeur à cette position.

Le rappel de Domingue, de Springfield de la Ligue américaine de hockey, pour combler le vide était évident, mais la solution à long terme n’était pas claire.

D’autres solutions ont été évaluées, a admis Maloney, surtout après que Lindback eut connu des ennuis dans son nouveau rôle. Les demandes pour un bon substitut se sont intensifiées. Mais, pendant que l’équipe cherchait des solutions, Domingue, âgé de 23 ans, a démontré qu’il pouvait résoudre le problème.

Neuf départs plus tard, Domingue présente une fiche de 7-0-2 avec un taux d’efficacité de ,932 pour cent. Les Coyotes occupent la deuxième place de la section Pacifique, quatre points devant deux équipes qui les pourchassent. Maloney passe maintenant plus de temps à regarder jouer son nouveau gardien qu’à en chercher un autre.

« En fin de compte, je savais que je pouvais jouer avec les Coyotes, a déclaré Domingue. J’ai grandement amélioré mon jeu et ma confiance est meilleure. Je m’entraîne mieux et je tente de m’améliorer chaque jour.

« Ils ont peut-être douté que je puisse remplir le rôle, mais je me suis présenté au camp d’entraînement avec l’attitude de leur démontrer que j’appartenais à ce groupe et que je pouvais faire partie de cette équipe. »

Après tout, Domingue est venu bien près de ne pas faire partie des plans des Coyotes.

Durant l’été, Domingue, qui était joueur autonome avec compensation, avait pensé s’exiler en Europe s’il n’obtenait pas un contrat à un volet après avoir terminé la saison 2014-15 dans la LNH, lui qui venait de disputer ses sept premiers matchs dans la ligue.

« Nous l’avions félicité et nous lui avions pratiquement souhaité ‘Bon voyage,’ a rappelé Maloney. Nous l’aimions comme espoir, mais pas comme joueur de la LNH. Il a disputé quelques matchs, mais il a passé la grande partie de son temps au bout du banc à manger du popcorn. Nous voulions qu’il continue de jouer. Si pour le faire, il devait s’exiler en Europe, c’était correct pour nous. »

Domingue a changé d’idée au courant de l’été, réalisant combien il était proche de son rêve.

« J’ai ouvert mon cœur à [Maloney], a déclaré Domingue. Je lui ai dit que je voulais faire partie des succès de l’équipe avec tous les jeunes qui arrivaient et avec tout le talent que l’on retrouvait dans l’organisation. Si l’offre est toujours sur la table, j’adorerais me présenter au camp d’entraînement en septembre. »

Malgré une surabondance de gardiens dans l’organisation, Maloney a accepté et lui a fait signer un contrat d’un an à deux volets d’une valeur de 605 000$.

Le gardien savait que s’il voulait progresser, il devait éliminer les préoccupations au sujet de son éthique de travail et le contrôle de ses émotions.

« Je n’ai pas joué souvent la saison dernière dans la LNH, mais j’ai appris beaucoup, a mentionné le Québécois. J’ai appris comment ne pas être trop confiant et j’ai appris qu’il fallait travailler fort. Sean Burke [ex-entraîneur des gardiens des Coyotes] m’avait dit après ma première victoire à Montréal, ‘Tu ne connais pas une carrière avec une seule victoire,’ et cela avait déclenché quelque chose dans ma tête. Je me suis dit que si je travaillais encore plus fort au lendemain d’une victoire, les choses allaient devenir plus faciles et encore plus faciles. »

Le changement d’attitude s’est fait immédiatement.

« On a pu voir qu’il était prêt, il a mis les efforts et il a connu un excellent camp d’entraînement, a dit Maloney. Il a travaillé très fort pour s’améliorer. »

Domingue était le gardien en surplus à la fin du camp d’entraînement, mais Tippett était convaincu d’avoir trois gardiens qui pouvaient jouer dans la LNH.

« Il s’est présenté au camp nettement amélioré, a indiqué Tippett. Maintenant qu’il est revenu, il a saisi sa chance et il gère très bien la situation. »

L’une des caractéristiques les plus évidentes dans le jeu de Domingue est sa main droite avec laquelle il capte la rondelle. Il l’a aiguisée en jouant au baseball des heures et des heures avec son père, Charles, dès qu’il était assez vieux pour marcher.

« Nous avions une grande cour arrière et après le souper, je l’achalais jusqu’à ce qu’il sorte et me lance des balles, a déclaré Domingue en précisant qu’il avait joué au baseball jusqu’à il y a trois ans. J’avais des taches de gazon partout sur mon pantalon et ma mère n’en revenait pas tellement que j’étais sale. Peu importe, le baseball ou le hockey, je n’en avais jamais assez. »

Domingue a réussi deux jeux blancs à ses huit départs, égalant la marque pour un gardien recrue des Coyotes. La foule du Gila River Arena scande “Looooou” après ses gros arrêts. Charles Domingue est à court d’idées concernant les textes de motivation qu’il envoie à son fils avant les matchs.

Ce sont des choses que Domingue avait envisagées en regardant les matchs du banc des joueurs la saison dernière.

« Je suis au courant, mais je ne m’en fais pas avec cela, car ça peut finir comme cela, a dit Domingue en faisant claquer ses doigts. Et pour moi, je ne veux pas avoir à tout recommencer. Je tente simplement d’y aller un jour à la fois, un tir à la fois et je dirais même à ne pas penser à la prochaine période. Je tente presque de gagner trois matchs chaque soir. Si je fais cela, le tout ira bien. »

 
Vign_camtalbot

Les Oilers accordent une prolongation de contrat de trois ans au gardien Cam Talbot

dimanche 2016-01-17 / 11:59 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Le gardien Cam Talbot a signé une prolongation de contrat de trois ans avec les Oilers d’Edmonton, le club a annoncé dimanche.

Les modalités financières n’ont pas été dévoilés, mais selon TSN il s’agit d’un contrat d’une valeur de 12,5 millions $, ou 4,17 millions $ par année.

Talbot écoulait la dernière année de son contrat d’une valeur annuelle de 1,45 million $ et était admissible à l’autonomie sans compensation le 1er juillet.

Talbot présente une fiche de 8-13-2 avec une moyenne de buts alloués de 2,58 et un pourcentage d’arrêts de ,914 en 26 matchs avec les Oilers cette saison. Son taux d’efficacité s’élève à ,941 au cours de ses 10 derniers matchs.

Les Oilers ont fait l’acquisition de Talbot et un choix de septième ronde au repêchage 2015 de la LNH des Rangers de New York le 27 juin 2015 en retour des choix de deuxième ronde, de troisième ronde et de septième ronde en 2015.

La saison passée avec les Rangers, Talbot a présenté une fiche de 21-9-4 avec un pourcentage d’arrêts de ,926 et une moyenne de 2,21 en 36 matchs.

 
BABILLARD
Vign_ftgb-spetit

C'EST LE TEMPS DE S'INSCRIRE AU COURS DE LA RELÂCHE....

PONT-ROUGE:

DU 29 FÉVRIER AU 3 MARS2016

DE 8H00 À 9H00

STE-FOY:

DU 29 FÉVRIER AU 4 MARS 2016

DE 11H00 À 12H30

AMUSE-TOI ...SÉRIEUSEMENT!

Commanditaire
Vign_images_logos_2011_CCM_logos_individual_logos_2011_CCM_logo_red
 
Vign_go_hockey
 
Vign_images
 
Vign_LOGO_Alexcellence_Physique
ALEXCELLENCE PHYSIQUE...entraînement hors glace par excellence...
 
SAISON 15-16
 
 
DÉFAITES
Joueur Équipe D
Calgary
17
 
Devan Dubnyk Minnesota 16
Craig Anderson Ottawa 16
Pekka Rinne Nashville 16
Mike Condon Montréal 15
Cam Talbot Edmonton 15
 
DÉFAITES EN PROLONGATION
Joueur Équipe DP
 
Pekka Rinne Nashville 7
James Reimer Toronto 6
Steve Mason Philadelphie 6
Frederik Andersen Anaheim 5
Devan Dubnyk Minnesota 5
 
MOYENNE BUTS
Joueur Équipe MB
Anaheim
1,91
 
Ben Bishop Tampa Bay 1,99
Cory Schneider New Jersey 2,03
Petr Mrazek Détroit 2,06
Braden Holtby Washington 2,07
Roberto Luongo Floride 2,0
 
POURCENTAGE D'EFFICACITÉ
Joueur Équipe % EFF
Toronto
,932
 
Petr Mrazek Détroit ,931
Corey Crawford Chicago ,931
Roberto Luongo Floride ,930
Braden Holtby Washington ,929
Cory Schneider New Jersey ,929
 
BLANCHISSAGE
Joueur Équipe BLS
 
John Gibson Anaheim 4
Martin Jones San Jose 4
Devan Dubnyk Minnesota 4
Roberto Luongo Floride 4
Cory Schneider New Jersey 4
 

Entraîneurs des gardiens francophones ou québécois dans la LNH:

Roland Melanson (Vancouver)

Jimmy Waite (Chicago)

Benoit Allaire (New York)

François Allaire (Colorado)

Stéphane Waite (Montréal)

Jacques Caron (New Jersey)

Frantz Jean (Tampa Bay)

Jim Corsi (Buffalo)

Dave Marcoux (Caroline)

© 2011
Créer un site avec WebSelf